Leçon de journalisme avec Bob Woodward


Quel étudiant en journalisme ou journaliste n’a pas vu le film Les Hommes du président? Très peu, voire aucun. Le film raconte comment Bob Woodward et Carl Bernstein, journalistes au Washington Post ont débusqué le scandale du Watergate en 1972. Une enquête pour laquelle ils ont obtenu le prix Pulitzer.

Annick Cojean, grand reporter au Monde, est allée rencontrer Bob Woodward dans son jardin à Washington et lui a posé quelques questions. Symbole d’un âge d’or du journalisme, voici quelques citations de Bob que j’ai retenues de son interview, publiée dans Le Monde magazine le 2 avril dernier. Je me suis attardée en particulier sur ce qu’il disait à propos de l’information sur Internet. Il aime bien ça le web Bob, mais c’est pas sa façon de travailler…

  • Sur l’évolution du journalisme aujourd’hui

“Il nous faudrait des journalistes sérieux qui prennent le temps d’enquêter, de s’immerger dans les dossiers, de creuser le sujet. Or il se produit l’inverse. Il y a moins de journalistes avec moins de temps, pour défricher des problèmes de plus en plus complexes.”

  • A propos de la multiplication des médias, et notamment sur Internet

“De la même façon qu’il y a eu une bulle des nouvelles technologies et une bulle immobilière, je pense qu’il existe une bulle de l’information et qu’elle va éclater. Il y a tant de circuits, de blogs, de tweets, de rumeurs dans l’air, j’ai l’impression d’être bien informé. Or c’est faux. Il y a beaucoup de vent et peu d’information de valeur. Regardez ces apparences de débats télévisés. Cette culture du “Vite! En direct!” Tous ces faux suspenses” –> Je ne crois pas que les deux tendances soient incompatibles, ni qu’il y ait moins d’informations mais qu’elles sont noyées.

“Les gens sont rivés à leurs écrans, y compris leurs téléphones, pour des informations dénuées de contexte et de signification. Le système est obsédé par la vitesse, l’obligation de répondre à une pseudo-impatience du public, alors que ce monde est complexe.”

  • Le Watergate à l’heure de Facebook

“Les informations révélées dans l’affaire du Watergate ne se seraient pas trouvées sur le Net. Gorge profonde (l’informateur de Woodward) n’aurait pas de compte Facebook. Nos sources étaient humaines. Il a fallu les chercher, les convaincre, leur soutirer chaque renseignement.” –> Il y a des humains sur Facebook, non?

  • A propos de Google et de l’information

“La pierre tombale du PDG de Google devrait porter l’inscription: “J’ai tué les journaux”. Car Google leur a bel et bien piqué une grande partie de leurs revenus. Or il faut des professionnels pour aller chercher l’information. Il faut l’argent de la publicité pour envoyer des reporters au Moyen Orient ou enquêter sur la crise financière.”

“Peut être comprendront-ils que c’est à eux d’investir leurs milliards pour remettre le système d’information. Imaginez que, dans cinquante ans, un “Facebook News” se soit imposé comme la grande entreprise d’information du XXIème siècle. Que Mark Zuckerberg, son patron, ait relevé le défi de l’investigation, de la profondeur, de la clarté, de l’honnêteté. Ce n’est pas impossible.”

  • A propos de Wikileaks

“C’est de la folie de publier des documents bruts sans prendre le soin de vérifier si des gens ne risquent pas d’être tués. Tout balancer est irresponsable, même si les journaux ont, eux, parfaitement fait leur travail d’édition. Ensuite je pense que l’opération a été survendue. Il y avait certes de la matière mais contrairement à ce qu’écrivait le New York Times, les documents n’expliquaient pas du tout comment étaient prises les plus importantes décisions du gouvernement.”

  • Sa méthode de travail

“Contrairement aux journalistes qui twittent, bloguent, actualisent leur article huit fois par jours, je prends mon temps. Je me déplace, je vais voir les lieux où se déroule l’histoire, je rencontre une foule de gens que j’interview longuement – quatre, cinq heures et je demande à revenir! – afin de reconstituer minutieusement un puzzle.” –> tweetter, bloguer, n’empêche pas de faire des enquête et de prendre son temps quand il le faut.

“Il faut arriver au premier rendez-vous informé. S’ils ont écrit un article vingt ans plutôt, dans Foreign Affairs, on l’a lu et on les interroge là-dessus. Ce n’est pas une ruse. Il faut parfois s’accrocher; rester toujours aimable mais coriace. Et ne pas hésiter à sonner chez les gens après le dîner. Ils ne sont pas encore au lit – sauf à appeler Georges W. Bush. Ils sont plus détendus dans leur environnement.”

Conclusion: les méthodes de Bob Woodward ne seront jamais obsolètes. C’est pour ça que j’ai gardé soigneusement cette interview. Parce que sa technique d’enquête doit rester universelle. Mais, même si le journaliste est conscient de ce qu’apporte le web à l’information, je ne peux pas m’empêcher de lire dans ses propos un “c’était mieux avant”. Et je trouve ça dommage et un peu conservateur de sa part. J’imagine qu’il est courant de ce que fait un site comme ProPublica. Des enquêtes comme il a pu en faire. Et elles sont publiées sur Internet.

*****

Bob Woodward était présent à Paris lors d’une conférence à Sciences Po à l’occasion de la sortie de son livre Les Guerres d’Obama (que je vais donc acheter). Vous pouvez lire le compte-rendu plutôt exhaustif fait par les étudiants de Sciences Po sur le site de l’école de journalisme.

De manière très cynique, Frédéric Filloux, consultant et prof de journalisme à Sciences Po, se demande sur son site Monday Note combien de pages vues aurait fait Bob Woodward. Allez lire son billet, il est instructif.

1 comment
  1. Oui, je suppose que l’éthique journalistique et la solidité des méthodes d’investigation ne sont pas des éléments dépendants de l’usage des technologies mais ont trait à l’intégrité, au professionnalisme du journaliste. Cela dépendant aussi surement de son emploi du temps !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 45 other followers