Fallait que ça sorte


Tu sors tranquillement. C’est un soir de semaine. T’as mis une robe. Il est 22h le temps de rejoindre une soirée. Tu prends le métro, tu t’assois. Un mec regarde tes jambes puis commence à mettre la sienne entre les tiennes. De façon totalement volontaire et ouverte. Quand tes jambes commencent à être trop écartées, tu te lèves en rage et tu ne comprends pas qu’un mec puisse avoir aussi peu de respect. Tu vas au fond du wagon sans rien dire, pas même un regard de mépris parce que ça ne vaut vraiment pas le coup de lui prêter attention.

Mais le mec a décidé de te suivre puis vient s’asseoir devant toi et commence à se toucher. Tu sens monter la colère, ça ne sort pas, tu te contrôles. Le mec insiste alors tu descends rapidement du wagon avant que le métro ne reparte. Le mec descend aussi. A ce moment là, il n’y a personne sur le quai du métro alors tu fais semblant de prendre la correspondance pour le semer. Il y a un couloir vide, tu te mets à courir. Puis tu remontes sur le quai soulagée de voir un groupe de mecs qui ne comprennent pas ton regard. Lui est toujours là derrière toi.

A ce moment là ton cerveau ne pense qu’à trouver une échappatoire. Il faut que quelqu’un vienne te chercher à Pigalle à l’arrivée parce que tu n’oses pas imaginer ce que le mec peut te faire. “Je vais te baiser” il est juste derrière toi parce que 20 secondes tu as relâché ton attention pour écrire ton texto les mains tremblantes demandant à ce qu’on vienne te chercher. Tu lui cries “dégage”, et marche jusqu’à l’autre bout du quai. Le métro n’arrive toujours pas. A ce moment là, un deuxième mec te lance un “hey mademoiselle t’es très charmante”, tu lui dis que ce n’est pas le moment. “Mais regarde moi” dit-il. “Non”. Il te touche pour te forcer à le regarder. Tu gardes ton calme et tu lui dis “non là ce n’est pas le moment, tu vois le mec là bas, il m’emmerde alors j’ai pas vraiment envie de te regarder, ni de te parler”. Tu marches de nouveau le long du quai. A ce moment là, une bonne partie des gens sur le quai comprend ce qu’il se passe. Personne ne bouge. Le train arrive. Tu montes. Mais le premier mec est revenu, et se met à côté de toi quand la dame à côté de toi quitte le wagon. Il y a un autre mec en face, tu as envie de lui demander de l’aide mais tu ne le fais pas. Parce que tu ne sais pas ce qu’il va tenter, tu bouges de nouveau. Pendant ce temps des touristes se prennent en photo tout sourire, un accordéon joue dans la rame.

Tu penses à comment sortir du wagon alors qu’il est à côté de la porte. Quand tu descends, il descend aussi, il y a trop de touristes sur le quai pour courir. Tu montes les marches, bouscules les gens, il te touche les fesses. Le pote est venu te chercher à la sortie du métro. Ouf.

Mais le mec continue à te suivre, repère le bar où se déroule la soirée. Tu ne le vois plus. Tu profites de la soirée, discute, va chercher à boire. “Je vais te baiser” le mec glisse sa main sur tes cuisses. Il était là derrière le bar, il ne t’a jamais quittée des yeux. A ce moment là tu veux lui broyer les couilles. Au lieu de ça, il faut que tu le touches pour le dégager dehors. Le plus violemment possible. Mais tu aurais voulu lui mettre ton poing dans la gueule. Parce que pendant un moment il t’a fait regretter d’être une femme, d’avoir voulu porter une robe et parce qu’il te fait penser que tous les mecs ont des couilles à la place du cerveau. Et pendant quelques temps quand un homme te regardera tu te demanderas s’il veut te “baiser”. Mais tu remettras une robe. Et tu sais que ça arrivera encore et pas qu’à toi.

Fallait que ça sorte.

About these ads
101 comments
  1. Clowey said:

    Je ne retwitterai pas ton twitt parce que c’est quand même assez perso, mais je voulais juste commenter pour dire combien je comprends, à peu près comme la majorité des jeunes filles dans les grandes villes françaises…
    Et combien ça peut pourrir une soirée, parce que la peur ça reste.

  2. Melissa, je ne sais pas si c’est du vécu (ça y ressemble). Je voudrais te demander pardon au nom de tous les hommes qui sont passés sans intervenir, sans en coller une à ton importun. En espérant que tu retrouves confiance en nous.

  3. Vicnent said:

    Il y a un signal d’alarme dans tous les wagons

  4. lisane said:

    Bombe au poivre.

  5. Ben said:

    Désolé, j’ai pas réussi à lire “je”, n’étant pas une femme. Une large partie de ce récit est certainement hors de ma compréhension, même si je ressens fortement l’injustice. Ce que je peux seulement dire, prosaïquement, c’est que le broyage de couilles est tout indiqué. Il n’y a rien qui justifie cette violence sournoise. Rien qui ne l’excuse.

    Texte fort…

    Salutations.

  6. Aurélie said:

    Il y a des jours où l’on ferait tout pour le regard d’un garçon. Puis il y a des soirs où c’est pas facile d’être une fille…

    (Vicnent là- haut, doit être Vincent, c’est- à- dire un homme, pour poster un tel commentaire. Je ne sais pas s’il serait en mesure d’aller tirer le signal d’alarme à l’autre bout de la rame si un autre homme lui broyait ce qui lui reste de testicules sur la banquette)

  7. hu said:

    le signal d’alarme stoppe le metro qui reste bloqué, ce n’est vraiment pas une bonne idée.

  8. Hecatessence said:

    Argh j’ai déjà ressenti ça et je dirais même l’envie de vomir qui va avec…

    Le féminisme a de beaux jours devant lui. La bombe lacrymo aussi dans mon cas.

  9. maya said:

    un texte fort, en tout cas très bien écrit, mais la réalité est encore plus violente parfois…Je, nous, vous, ils, elles, il faut bien comprendre que sortir dans la rue en robe ou en talons relève parfois du front de guerre. Je suis en guerre, et j’ai une bombe lacrymo dans mon sac, et un couteau en guise de porte-clés…Ma violence et ma colère ne sont que le reflet de tout ce que j’ai subi, et de tout ce que des femmes subissent tous les jours, sous pretexte qu’elles sont “vulnérables”…Certains primates -pour moi ce ne sont même plus des hommes- pensent que nous sommes vulnérables, à nous de leur prouver le contraire…les filles, armez-vous, criez, hurlez, n’ayez plus peur…c’est malheureusement tout ce que nous avons pour crier cette injustice d’être le soi-disant sexe faible…LA GUERRE, nous devons rentrer en guerre !!

  10. Timlou said:

    Pourquoi ne pas lui en avoir collé une je suis un mec mais ce genre de type me debecte complètement taré si c est ça paname je preferre ma campagne mille excuse de la part d’ un mec remonté contre ce type de comportement imagine si il venait a s en prendre a une gamine sans défense j imagine même pas le carnage il faudrait les castrés ces maboules
    allé courage et efface ça de ta mémoire tu y arrivera

  11. Soraya said:

    Je comprends parfaitement ce que tu as pu ressentir… Il m’est arrivé une histoire semblable, sauf que c’était à 8h30 du matin et que j’allais au travail. C’était dans le bus. Nous étions tous collés. Personne n’a réagit aux gémissements de l’homme qui se frottait à moi en disant “oh oui, oh oui, oh putain” et à qui je demandais d’arrêter. Tout le monde regardait le sol. Quand je bus a finalement commencé à se vider, je me suis retournée lui ai jeté un “cochon” :) (oui, je sais, c’est nul, mais c’est tout ce qui m’est venu à l’esprit) et l’ai giflé. Erreur. Parce qu’il m’a dévissé la tête en retour, devant le chauffeur, et que là encore, personne n’a réagit. Je suis descendue à l’avant pour remonter à l’arriere du bus (je ne devais pas louper ma réunion…) puis j’ai fondu en larmes. Larmes de colère, d’incompréhension. Je suis arrivée au boulot et dans l’ascenseur, je me suis rendue compte que je saignais du nez. Personne n’avait meme eu la délicatesse de me le faire remarquer. J’ai eu un torticolis pendant 3 semaines. J’ai changé mon trajet pour ne pas avoir à reprendre le même bus. Je m’en veux toujours de ne pas avoir réagit différemment, de ne pas avoir crié ma détresse tout simplement. Je n’ose pas imaginer le nombre de filles à qui cela arrive. Et le nombre de personnes qui ne réagissent pas. Merci pour ton article. Cela m’a aussi permis de m’exprimer à ce sujet. Je n’avais encore pas osé le faire, c’était il y a 3 ans…

  12. Agathe said:

    Flippant… le plus incroyable, la passivité éternelle des gens autour. Je lis ca et je pense a certaines connaissances qui ont, effectivement, je ne sais quelles bombes dans leurs sacs a main quand elles sortent. On se demande s’il y a une solution, a part la méfiance permanente des qu’on met le nez dehors. Contente en tous cas que tu aies fini par le faire dégager -enfin! Bisous.

  13. Valdo said:

    Cela m’est arrivé comme à nous toutes… Seule parade que j’ai trouvé: le spectacle. Hurler”tu vas me lâcher, maintenant, connard” quand il y a des gens autour et que même s’il essaie de te faire passer pour une folle hystérique tous les yeux se braquent sur lui. Je leur fous la honte systématiquement comme ça maintenant en les insultant, les gens se marrent et j’ y trouve une certaine jubilation.

  14. Wardog said:

    Il y a des coups de batte qui se perdent :/
    En revanche porter plainte n’est pas une option.

  15. Je ne peux bien-sûr pas dire que je comprend ce sentiment de “regretter d’être une femme” mais ça ne m’empêche pas d’être dégoûté.
    Et je suis aussi sans voix que devant une copine qui me racontait hier comment un mec lui avait mis une main au cul entre le métro et le RER, sur le chemin du bureau.
    Mais merde quoi.

  16. Ngee said:

    Mince, je viens de tomber dessus via un retweet en rentrant de soirée, et étant un mec je trouve ca super moche j’ai vraiment honte de tout ces connards qui ont aucun respect envers l’autre. C’est pourtant pas compliqué et ça parait tellement surréaliste.. Je comprends pas ce genre de type, en tout cas je peux pas faire grand chose mais si je peux quoi que ce soit, même juste une oreille y a mon mail je suis là. Courage, heureusement tous les ‘gens’ ne sont pas comme ça.

    Un internaute lambda qui est attristé de lire ce genre de chose en rentrant de soirée.

  17. Comme le dit Agathe, la passivité des gens est hallucinante. Tout le monde voit bien ce qu’il se passe et personne ne bougera le petit doigt.
    Et même quand on n’est pas en robe, il faut subir les regards salaces et les gestes déplacés. En revanche, je ne regrette jamais d’être une femme. Ce que je regrette, c’est l’inconscience de mes 18 ans qui m’autorisait à me battre dans le métro avec le dernier abruti qui m’avait collé sa main aux fesses.

  18. BenG said:

    Big up meuf! Tous les gars ne sont pas comme ça… Pardon pour ces connards (si tu peux lui pardonner…) et laisse-toi entourer par les bons !!!! :)

  19. Mohey said:

    j’ai beau aimé ton style d’écriture,il est simple, où il peut vite fait ramené le lecteur dans l’imagination, mais saches bien qu’il y a le lecteur et l’électeur donc faut savoir cibler l’intention des deux avec la fraction de la surprise dans ton écriture c’est a dire, toujours y ‘ a des envies de faire une solution pour le dégager, alors que s est rien passé , mais simplement il faut que ça sort dans ton écriture avant ton histoire, c’est bien ce que tu as fait, mais fallait que ça sort du noir l’instinct en évènement…!!
    bonne chance

  20. Geaif said:

    La passivité des spectateurs me fais toujours froids dans le dos. Ces bons badauds qui diront lors d’une soirée: “Elle l’avait bien chercher, porter une jupe aussi courte dans le métro Parisien c’est de inconscience!” (Connards!)

    Ton texte est poignant, enrageant et donne envie de milité activement pour l’émasculation à la machette rouillé…

    Puisses-tu ne pas avoir été trop choqué et ne plus avoir à subir le comportement d’abrutis habillé en homme. Comme disait l’autre:”On ne naît pas homme, on le devient…”

  21. Rémy said:

    Je ne sais que dire, ces mecs me dégoûtent tout autant que vous.
    C’est fou qu’en 2010 on en soit encore là !

  22. Greg said:

    Je suis très surpris par cet article, je savais qu’il y avait de gros débiles sur Terre, mais là ca dépasse mon imagination..
    En as-tu parlé à ton ami qui est venu te chercher ?
    As-tu déposé une main courante dans un commissariat ?

    Beaucoup pensent que la police ne va pas s’intéresser à ce genre de choses, mais juste un signalement peut débloquer d’autres affaires.. on ne sait jamais.

  23. Lucile said:

    Ca fait chier de lire cela ! C clair qu’avec les beaux jours, la détresse sexuelle de certains pèse lourdement à Paris. J’habite à Paris et vient du Sud (où tout est très différent, à ce niveau-là) et ce type de comportements obligent les nanas à passer en mode “uniforme” et à être sur la défensive. J’imagine bien ton angoisse. T’es tombée sur un pervers. Ces gens-là, faut essayer de les tourner en ridicule. Plus facile à dire qu’à faire. Mais plus, il voit que tu as peur, plus il kiffe. Putain de frustrés impuissants. Courage !

  24. cosaque said:

    Moi, dans le métro, j’emporte toujours un reblochon bien fait. C’est incroyable comme j’ai personne autour de moi.

    Ou bien je tousse très fort, très très fort, et puis lorsque tout le monde me regarde, je dis tout haut “pas grave, je rentre tout juste de Hong-Kong”. C’est incroyable comme d’un coup les gens me fuient.

    Ou alors, j’ai 4 sacs en plastique et 2 poussettes remplies de bouteilles de vodka vides, dont une a servi à me parfumer le costard, et je demande de l’aide pour sortir de la rame. C’est incroyable, comme d’un coup les regards se détournent.

    Enfin, je dis ça comme ça, parce que je trouve cette histoire vraiment déprimante… Avec mes excuses…

  25. lunette de la paillette said:

    C’est le ventre noué que j’ai parcouru ton témoignage.
    Oui il faut que ça sorte!
    Il faut que ça circule! RT please, placardez le en 3×8 sur les murs des Métro, publiez dans nos magazines, partout où nos yeux se portent. Il faut que ça sorte du silence qui protège ces bourreaux d’un soir.

    Après tout, nous ne leur sautons pas dessus lorsqu’ils sont tellement sexy qu’on en mouillerai notre string?!? Il ne viendrait à l’esprit de personne de dire à un mec qu’il est trop indécent pour sortir habillé ainsi?!? Et portant Messieurs, vous savez (vous aussi) vous rendre excitant ;-)
    Alors oui la Peur, l’envie de Vomir, le Dégoût, et la Saleté ,dont ces gestes méprisant nous recouvrent, doivent être combattu.

    Un seul moyen : remettre cette robe, continuer à sortir, se rappeler qu’il y a des hommes bien, et toujours avoir une petite bombe de laque pour cheveux avec soi ;-) (ça brule, ça colle et c’est discret ;-) )

    Et sinon ma sentence… les empaler. Histoire qu’ils goûtent les plaisirs de la pénétration avec contrainte ;-)

    • Ali Baba said:

      “Après tout, nous ne leur sautons pas dessus lorsqu’ils sont tellement sexy qu’on en mouillerai notre string?!? Il ne viendrait à l’esprit de personne de dire à un mec qu’il est trop indécent pour sortir habillé ainsi?!? Et portant Messieurs, vous savez (vous aussi) vous rendre excitant”

      Peut-être alors que c’est l’excès inverse : les filles devraient savoir dire aux mecs qu’ils sont sexy et désirables.

  26. Oleiade said:

    Coup de genoux dans les couilles, coup de coude dans la nuque quand ca t’arrive. Ca a ete le premier conseil que nous ai donne notre prof de Krav-Maga quand j’en faisait. Ca le calme, et ca te calme :-)

  27. mikemikamitch said:

    c’est assez moche comme histoire, tant mieux que ce soit bien terminé, entre guillemets. Ca fait bien longtemps que je n’ai pas pris le métro n’étant plus parisien, mais lorsque je l’arpentais, un jour j’ai assisté à une scène un peu similaire, la nana a attrapée la main du monsieur mal intentionné, la levée en l’air et à crier “c’est à qui cette main qui n’arrête pas de me toucher le cul….!!!” Le gars est resté tellement con, qu’il est reparti la queue entre les jambes, comme on dit…

  28. J’ai pas de mots pour décrire ce que je viens de lire.
    Bravo pour votre courage en tout cas…

  29. Rei said:

    Merci pour ton courage de partager cette expérience que, oui, malheureusement, arrive beaucoup trop souvent (chaque fois est de trop, en fait). Mais c’est le fait d’en parler qui peut donner du courage (à soi-même et aux autres) pour qu’une prochaine fois, si ça arrive, on ose réagir autrement.

    Car j’aimerais ajouter mon grain de sel en attirant l’attention sur ce sentiment d’impuissance qui prend le dessus dans ces moments (et que je connais).
    Mais au fond: pourquoi??? Non, ce n’est pas une erreur de mettre une robe. Non, c’est n’est pas une erreur d’être une fille. Ce sentiment d’impuissance, je me demande s’il n’est pas lié (inconsciemment, peut-être) à une sorte de “honte” – je m’en veux que ça m’arrive…
    Parce que, honnêtement, c’est lui, le con.
    Et qu’est-ce qui m’empêche de le traiter comme tel?

    Personne n’a le droit de me toucher ou de me traiter sans respect. Mais une fois que le mec le fait, qu’il me met la main au cul, pourquoi me conforte-je dans le rôle du victime? Je ne suis pas faible et je ne dois avoir honte de rien. Je peux l’insulter, le gifler et, surtout, monter à lui et aux autres que je demande qu’on me traite avec respect.

    PS: C’est dans ce sens-là que j’aime bien la “solution” de Valdon… Autre moyen: appeler la police (ou faire semblant) en disant à haute voix: “Bonjour, je me fais harceler par un homme… il porte un t-shirt blanc, un pantalon court … …” Une amie l’a fait, et du coup, c’est le mec qui a eu la trouille – il a disparu.

  30. polluxe said:

    Un seul conseil : s’inscrire à un cours de self défense, ça donne de l’assurance et des techniques de base très utiles.

    • dame Lepion said:

      C’est pour le court terme une excellente solution. A recommander sans modération, contre cette part très minoritaire mais particulièrement emmerdante de la gent masculine.

  31. Lamyli said:

    Moi j’ai mis tres longtemps à remettre une robe…. L’histoire est un peu differente, mais la peur est la même…. Et elle reste ancrée de longues années, malheureusement.

  32. octave44 said:

    Y’a vraiment des tarés, c’est pas possible. Sinon petit conseil au cas où la situation se représente, comme certains l’ont dit une petite bombe lacrymo dans le sac, ça coute rien, ça prend pas de place et ça peut être très utile :)

  33. je plussoie Valdo

    Hurle lui dessus des le départ. Pete un câble. Ca s’arrete là parce qu”au final, le mec a quand meme plus peur que toi. Je sais que c’est compliqué à appréhender mais c’est toi qui a le dessus au final. C’est lui qui est tellement en manque qu’il fait ca pour toucher une fille. C’est lui qui est dans la peur.

    N’oublie jamais que c’est toi qui a le dessus :)))

  34. Voila qui pousse à réfléchir, et je dis ça en tant que mec. Y’a des fois j’aurais limite honte d’être un homme mais je m’efforce de ne pas généraliser.

  35. Bango said:

    Ne jugez pas trop vite les gens qui restent à ne rien faire, la petite lâcheté fait partie de l’être humain (à Paris, je n’ai jamais réussi à avoir un renseignement d’un inconnu dans la rue, la peur et l’indifférence règne, comment alors ce type de comportement peut empêcher une agression d’arriver) mais a ceux qui des fois n’osent pas bouger, tétaniser par le regard d’autrui et n’étant pas habitué à réagir, dites-vous bien que si vous allez au-delà de vos peurs, vous serez grandi d’avoir aidé une personne en détresse. Vous ne repartirez pas avec la honte de vous être comporté comme un lâche. Mais surtout, vous aurez montré l’exemple et alors d’autres personnes suivront votre modèle. Il faut savoir que les agresseurs savent que les gens ne réagissent pas, c’est même leur principal atout. En ne faisant rien, en fin de compte on est complice.

    Un conseil pour régler le problème sans violence dans ce genre de cas (parce que foutre un pain dans la gueule d’un pervers n’est certainement pas la meilleure solution), feignez de connaître la fille en lui adressant la parole (“Tiens, Julie, ça fait un baille, qu’est ce que tu deviens…) et faites-lui comprendre d’un regard que vous êtes là pour l’aider. Mon frangin a “sauvé” une fille avec ce subterfuge. Si jamais le type insiste, parlez-lui, dites-lui simplement de vous laisser tranquille, il ne faut pas sous-estimer la parole et après y’a l’appel aux flics (ça peut aussi être très efficace).

  36. Ju. said:

    Un conseil : hurler! Mais pas crier pour crier, hurler sur le mec, l’insulter publiquement, dire à voix haute le harcèlement qu’il te fait, quitte à te mettre à pleurer en le faisant, hurler sur les gens autour qui ne bougent pas, hurler, lui dire qu’il n’est pas capable de dire à voix haute devant tout le monde ce qu’il vient de te chuchoter à l’oreille, lui foutre la honte… et le gifler si tu peux… face à ce genre de réactions, les mecs sont comme des gamins de 3 ans et demi, ils se recroquevillent comme des merdes et si jamais il élève la voix contre toi, ou qu’il veut te frapper… t’es dans le métro. Même si les gens n’ont pas l’habitude de bouger, ils le feront dans ce moment là. Enfin, j’espère.
    Bon courage pour la suite, car la phase la plus difficile et d’essayer de passer outre.

  37. Kich said:

    C’est une honte qu’un être humain se comporte comme ça vis-à-vis d’un autre : comme si on était sur terre pour se consommer l’un-l’autre. Ce n’est pas parce qu’il est un homme qu’il a fait ça, mais assurément parce que c’est un con.

  38. Isabel said:

    Un grand bravo pour ce récit. Essentiel, après ce qui s’est passé. Essentiel pour nous, tous, victimes ou passagers de la rame.
    Car c’est bien comme passagers dans la rame, passants dans le couloir, que tu nous rappelles entre les lignes que nous pouvons agir. Ensemble, COLLECTIVEMENT !
    Mais où est la SOLIDARITE. C’est ça la “formation” qu’il nous faut, non? Que tu hurles, que tu te formes au self defense, que tu aies une bombe lacrymo (attention, elle se retourne souvent contre soi… ), très bien. Mais tu n’étais pas SEULE. Nos logiques individualistes nous l’on fait oublier…
    Et pire encore, on a oublié que l’arme fatale, c’est nous, tous, “les autres”, les autres dans le couloir, dans la rame… Les autres, qui ont 100 fois moins la trouille au ventre que toi, agressée par d’insupportables contacts physiques.
    Face à 3-4 personnes, ce mec n’est rien. Parce qu’il est isolé. Isolé ! Normal qu’il le soit. N’ayez pas honte les mecs, il n’est pas la norme. N’ayez pas honte, sauf si vous avez croisé Misspress en faisant semblant de ne pas voir…
    Enfin, il s’agit d’agression. Et qui dit agression dit dépôt de plainte. C’est important. Pas uniquement pour toi, mais pour qu’une description de ce type existe là où elle peut être utile.
    Ce mec a peut être peur, comme dit catnatt/belam, mais cela ne l’empêchera peut être pas de passer à l’acte, un de ces jours…
    … Sauf si, groupés, à 3, 4, 5… Et pourquoi pas toute la rame (c’est souvent le premier qui se lève qui entraîne les autres, comme au théâtre quand vous lancez une standing ovation). Et si on est seul dans la rame. On descend, on remonte discrétos à côté et on rameute du monde…
    Lui ou un autre, la prochaine fois, on lui fait une petite leçon de vivre-ensemble, hein !
    Bon courage misspress et un peu de courage à nous tous pour écrire une autre histoire, de solidarité et de fierté.

  39. @colinsco said:

    Bravo pour ton texte, effrayant comme du Gaspard Noé. On en sort un peu chancelant d’être resté jusqu’au bout.

    En revanche, un mot aux commentateurs compatissants.

    De grâce, arrêtez avec vos “j’ai honte d’être un homme”. C’est ridicule. Je suis un homme et ce genre de réflexion ne me viendrait pas à l’esprit. Vous identifieriez-vous au violeur ? On n’est pas coupable de son pénis, et encore moins de celui des autres.

  40. leslivresdegeorgesandetmoi said:

    j’ai été suivie par un homme depuis la sortie du lycée jusqu’à chez moi, je sentais son pas derrière moi… arrivée devant la porte de mon immeuble j’ai appuyé sur le bouton de l’interphone de chez moi en sachant qu’il n’y avait personne,il était juste derrière moi, je me suis retournée et je l’ai labouré de coups de pieds, il est fui… quand je suis rentrée chez moi, j’en tremblais !

  41. Vicky said:

    C’est une histoire atroce et malheureusement si banale… Je compatis du plus qu’il m’est possible en tant qu’homme aux victimes ordinaires et quotidiennes de la domination masculine.

    Pour tout ceux qui suggèrent de gifler ou frapper l’agresseur (serrage de couilles et autres), ce conseil est très mauvais. D’une part, cela demande un courage énorme, d’autre part la fille risque de se prendre de sacrés coups. La meilleure solution lors d’un accident ou d’une agression n’est pas non plus de crier, on peut agoniser sans que personne ne réagisse, mais de faire appel à une personne précise autour de vous, un inconnu a priori sympathique (il ne peut l’être que plus que votre agresseur). “Monsieur/Madame, cet homme m’importune et me suit. Pourriez-vous lui dire d’arrêter ?'” On refuse rarement une demande directe d’assistance et un agresseur s’arrête le plus souvent lorsqu’il est confronté à plus d’une personne.

    @colinsco : effectivement nous ne sommes pas directement responsable en tant que mec de ce type là, cependant son existence ne peut pas être uniquement mise sur le compte de la déviance. Si ces comportements existent c’est parce que ils sont légitimés par une culture de la femme comme morceau de viande (suffit d’ouvrir certains magazines masculins, d’écouter les propos de cours de récré au collège, ou d’aller voir un porno). Et quel homme n’a jamais tenu ou acquiescé à des propos machistes ?

    • Fab said:

      Ce mec n’est pas un machiste, c’est un malade. Faut arrêter avec ces amalgames foireux.

  42. Aude said:

    A quelle fille ce genre d’histoire n’est pas arrivé ? Ton texte heurte, choque, bouscule, mais ton aventure est d’une pathétique banalité, c’est ça le pire…

  43. @colinsco said:

    Vicky> Je doute que ce soit la culture qui explique que des hommes se mettent à suivre des inconnues dans la rue dans le but de les aggresser. Il ne faut pas tout mélanger.

  44. AriakC said:

    @Vicky Sans péter plus haut que mon cul, je peux t’assurer ne jamais avoir tenu ou acquiescé à des propos machistes, aussi loin que je me souvienne (et avant, je pense que je parlais pas encore ^^). Et j’en connais d’autres.

    Mais il est vrai que ce n’est malheureusement pas la majorité de la gente masculine, peuplée en masse de balourds et de connards. Evidemment la culture est en cause, mais elle n’explique pas tout. C’est peut-être ce qui les fait violenter des femmes, mais c’est surtout à la base que c’est de gros cons, pervers, malades, sadiques et ultra complexés, comme d’autres (ou les mêmes) qui s’en prennent aux noirs, aux vieux, aux plus petits, voire même aux enfants.

    Cela étant dis, c’est surtout le genre de personne qui mériterai une bonne dexterisation (Si je pouvais (et surtout si j’étais sur Paris en fait), je me porterais volontaire).

    En tout cas, la chose la plus importante à faire, c’est d’agir. Surtout si vous êtes le témoin d’une telle scène.

    Hug miss ;)

  45. Un révélateur sur les jupes, c’est que partout en europe, les filles mettent plus de robes et de jupes que chez nous. La faute à une certaine culture, banlieue mais seulement, qui croit se donner le droit d’emmerder une fille dés qu’elle ose se dévoiler un peu?

  46. juliodela said:

    Je suis un mec et pourtant je ne comprends pas ce genre de comportement!
    J’ai souvent peur pour ma copine. Le conseil de Vicky me semble le plus avisé : s’adresser directement à une personne précise!

  47. GroMagnon said:

    Je vous invite à écouter ce titre de Théo Hakola sur lequel intervient Claire DiTerzi “La Peste Porcine” http://www.deezer.com/fr/#music/result/all/theo%20hakola

    Qu’on se le dise, il existe des mecs qui ne peuvent pas comprendre, qui ne peuvent pas soutenir, qui ne peuvent pas excuses le comportement de ce chien ! Mais qui doivent surtout intervenir
    quand le cas se présente !!!

    • dame Lepion said:

      Ce qu’il chante est peut-être intéressant, mais Hakola a dû forcer sur la coca, on ne comprend pas un mot de ce qu’il tente d’articuler. Dommage, quand on a un message, on le rend compréhensible.

  48. Je te comprend complètement…
    Texte très poignant, où hélas, je me reconnais…
    Combien de fois, quand je suis rentrée le soir, ai-je pressé le pas à cause de “très mignonne, attends moi!” ou “tu es jolie, tu va bien?”. La plupart des mecs ne réalisent pas, combien, parfois, à cause de connards sans cervelles ivres de puissance masculine, je me suis mise à regretter de ne pas être un gros mec hyper baraque et couvert de poils que personne n’aurait envie d’emmerder.

    Le pire a été ce mec, complètement ivre, qui s’est incrusté alors que je discutais avec deux potes, tard la nuit, devant une station de métro. Il s’est approché comme savent le faire les mecs complètement bourrés et balbutiais un charabia incompréhensible, et s’est penché vers moi pour me murmurer “toi, j’te retourne et je te baise” en s’est penché contre moi en attrapant mon épaule. Je me suis dégagée vivement mais j’ai été trop figée pour réagir. Je me suis réfugiée plus loin mais il s’est encore approché, mes amis semblant amusés de mon désir d’éviter son contact, alors que moi, je ne jouais pas. J’aimerais remonter dans le temps maintenant et lui mettre un poing dans la figure ou l’insulter, lui dire en criant (scandale) que “je ne le baiserais pas parce qu’il est trop moche” enfin, faire sortir la honte et la douleur que j’ai ressenti.

    Il a serré la main à mes potes qui le prenaient à la rigolade, j’ai refusé de lui serrer la main et il m’a hurlé dessus “espèce de connasse, raciste, tu veux pas me serrer la main parce que je suis noir? T’es qu’une connasse mal baisée, et si tes potes me donnaient la permission jte retourne et je te baise moi hahaha”

    mes copains ont tempérés en disant “bon, on va y aller maintenant”, en voyant que le mec s’échauffait.

    J’ai cru que j’allais vraiment mettre une baffe à celui qui m’a fait une leçon de morale “attends, t’aurais pu lui serrer la main tout de même, qu’est-ce que ça te coutait?”. Quand je lui ai expliqué ce qu’il m’avait dit, il a soupiré et levé les yeux au ciel comme si j’exagèrais. Il a dit que ce n’était pas grave, ce n’est qu’un ivrogne, tu t’as pas à le prendre si mal. T’avais rien à craindre, si tu avais couru il n’aurait jamais pu te rattraper vu comme il était ivre….

    Après tout, on peut tolérer d’être insultée et traitée comme de la merde, si le mec est bourré. Et si on t’agresse ou t’insulte, tu peux t’enfuir. Quel profond sentiment de sécurité.

    Cet “ami”, je ne le fréquente plus, pour tout vous dire…

  49. Vicky said:

    @Fab et colinsco :
    Il ne m’est jamais arrivé qu’une inconnue vienne frotter sa vulve contre moi ou mettre la main dans mon entrecuisse dans un espace public. Et vous ?

    Si les agressions sexuels relevaient entièrement de la folie, il n’y aurait pas un sexe plus victime que l’autre.Une bonne des agresseurs sexuels n’ont pas de troubles neurologiques ou de déficience intellectuelle et ont conscience de leur acte et de son caractère délictueux et immoral. Ce sont des hommes sexuellement frustrés et désespères qui passent à l’acte, parfois sous l’emprise de l’alcool. Attention, je ne dis pas que leur comportement frotteur-voyeur-exhibitionniste est normal ou excusable et que ces gens là n’auraient pas besoin d’une psychothérapie voire un traitement psychiatrique. Au contraire. Ils auraient également besoin d’une société qui ne les entretient pas dans leurs fantasmes, où l’école enseigne le respect entre les sexe, les victimes sont encouragées à déposer plainte et les flics enquêtent sérieusement après dépôt de plainte.

  50. Deuzoh said:

    Moi ce qui me gonfle encore plus que les “les mecs ont une bite dans la tête”, c’est les hommes qui s’excusent. Je suis moi même de sexe masculin et putain, j’suis pas responsable de ce type, c’est pas moi qui ai fait son éducation, c’est pas non plus le fruit d’une expérience scientifique catastrophe qui se serait échappée de mon labo et qui roderait dans les rues. Je remet pas en cause le fait qu’il existe des mecs comme ça et que ça soit un vrai problème. Mais bordel faut arrêter cette auto flagellation complètement nauséabonde.

  51. chloe said:

    @ Melissa Bounoua
    Même sans porter de robe, il y a des tarés qui te suivent et te harcèlent.

    Je comprends ta réaction mais…
    Tu aurais dû aller à un guichet/voir le conducteur, en parler aux autres personnes qui étaient dans le métro ou sur les quais ou directement appeler les flics/la sécu de la RATP ou, en le faisant bien comprendre au malade qui te suit.
    De plus, il y a des caméras dans le métro… Tu pourrai identifier la personne et porter plainte por ne pas qu’il recidive auprès d’autres femmes.
    L’affaire “Guy Georges” te dit quelque chose ?

  52. C’est arrivé à pas mal de femmes ce genre d’histoire je pense, peut-être pas en aussi poussé, mais ce moment où on regrette d’être une fille, de pas avoir un pénis, d’être sortie, d’avoir une robe, de s’être fait belle, et où c’est presque de la culpabilité.

    Ca n’empêche pas de recommencer, et encore heureux, mais ça laisse une petite trace de peur à chaque fois qu’on se retrouve seule et qu’un mec, qu’on va forcément trouver louche le pauvre, pas loin.

    Enfin, le pire dans tout ça, c’est pas vraiment le boulet flippant, c’est plus les gens autour, qui comprennent, et qui ne font rien. Même pas besoin de jouer les gros bras, juste faire semblant de reconnaître la fille et lui taper la causette, histoire qu’elle se retrouve pas toute seule.

    Vive l’individualisme!

  53. Merci beaucoup pour cet excellent article

  54. Frantz T said:

    Merci d’avoir eu le courage de faire sortir cela par écrit sur ce blog !
    Merci de nous faire prendre conscience de ce qui se passe !
    Pardon au nom des hommes et des femmes qui n’ont pas bougé, ai-je été de ceux là ? Je ne l’espère pas, ni ne le souhaite ! Que ton récit emprunt d’émotions me donne la force de me lever si je suis confronté à cela !

    Ton récit m’interpelle aussi sur le regard que l’on (que je) porte sur les femmes que l’on (que je) croise !

    Merci pour ce que tu as écris et j’espère que tu trouveras les ressources pour dépasser cela !
    Courage !

  55. Emmy said:

    “Pourquoi ne pas lui en avoir collée une?”
    Putain, c’est tellement facile de dire ça…
    Ça m’est déjà arrivé plusieurs fois et je n’ai jamais osé porter la main sur le mec en question, tout juste changer de wagon…
    Et un jour que je racontais à une collègue que je n’avais rien osé faire, elle m’a agressé en me disant que c’était à cause de nanas comme moi que d’autres filles se faisaient violer car on n’avait jamais dit “NON” clairement aux pervers en question.
    Une autre fois une amie a hurlé en demandant au mec d’arrêter, il lui a répondu “jte touche pas, faut pas prendre ses rêves pour des réalités”.
    Ces mecs me débectent, tout comme ceux qui reprochent aux nanas de ne pas réagir ou ceux qui leur reproche de le chercher en s’habillant de telle ou telle façon.

  56. Nico said:

    Merci pour se témoignage poignant, certes, c’est rare que qqn ose en parler mais ce genre d’histoire arrive malheureusement trop souvent. Entre les mecs pervers qui ne pensent qu’à ça et les personnes autour qui n’interviennent pas ou pire, s’amusent de la situation, c’est vraiment honteux et c’est dans ces moment là que l’on se sent vraiment seul et en lisant ces lignes, cela me conforte dans l’idée de faire comme Frantz T, intervenir en voyant cette situation et en espérant que d’autres femmes en parlent et ne reste pas muettes!!

  57. Jack said:

    Je vais sûrement plomber l’ambiance mais jouer les Zorro dans les transports en commun n’est pas à la portée de tout le monde.
    C’est pas glorieux à avouer mais c’est comme ça. Il faut avoir les moyens de ses ambitions et ce n’est pas forcément le cas pour tous.
    Quant aux conseils à la con du genre “lui mettre un coup de pied dans les couilles” n’importe quel professeur d’arts martiaux un peu sérieux vous dira qu’un individu sous l’emprise de certaines substances (disons illicites pour faire bref) peut résister parfois plus d’une minute à une minute et demi avant de ressentir la douleur et de s’écrouler. Et en ce laps de temps il peut se passer beaucoup de choses. La seule solution qui me paraisse vraiment sérieuse est de se mettre à l’abri par la fuite. Le risque de s’exposer à des coups est vraiment à proscrire.
    Quant aux bombes, attention, on en prend souvent autant qu’on en donne pour peu qu’il y ait des turbulences autour de soi.

    Ce n’était pas un prêche pour la lâcheté mais plutôt pour la prudence.

    Sinon le Krav-Maga ça fait aussi très très mal :-)

  58. L’autre jour, en vélo, en short parce que je rentrais de la danse, j’ai subis avec désolation les klaxons des voitures qui ralentissaient, histoire de mater ce bout de cuisse qui dépassait. Quand j’ai raconté cette histoire à un ami, il m’a dit: tu te fais des films, vive la parano. Prouvant bien qu’un mec “normal” ne peut imaginer une seule seconde que certains types se croient à la boucherie dès qu’un morceau de chair devient visible. Je vote pour les couilles en chair à saucisse, assumant totalement ma vulgarité. Parce que zut, en 2010, ça ne devrait même plus être permis, ce genre de clichés.

  59. Sarah said:

    « Dans quel état de guerre vivons nous pour frôler les murs, baisser la tête, subir à longueur de vie la peur de rentrer, de sortir, de flâner, de marcher ? Dans quel état de guerre vivons nous pour nous barricader à tout âge derrière trois verrous et un judas. ? Dans quel état de guerre vivons nous pour voir derrière tout homme un violeur en puissance ? La guerre existe et nous ne l’avons pas déclarée. A nous maintenant de nous défendre, et d’y répondre.
    Le viol est l’acte qui contient la totalité de la haine et du mépris des femmes. Pouvons nous y répondre par l’indifférence et par l’amour ?
    Pourquoi, à défaut de déclaration de guerre les femmes font elles des déclarations d’amour sinon pour conjurer leurs peurs ? »
    Annie Cohen

    C’était il y a 40 ans, au début des mouvements féministes MLF & cie. Et bien, les propos sont un peu différents, mais les ressentis et les actes, toujours les mêmes.

    Ton texte m’a bcp touché…ça fait un véritable débat sur mon mur fb, j’en suis ravie car ton texte fait comprendre à tous mes autres potes là, à quel point il est toujours important de se battre pr la véritable égalité des sexes ! Car on me rit bein svt au nez quand je dis que je suis féministe.

  60. Koulou said:

    Argh… ouaih… On se sent pas grandi au sortir d’une telle expérience. Ni non plus en tant que lecteur de ce texte. Enfin ça motive pour jamais ressembler au crétin que tu décris.

  61. Agathe said:

    @ Colinsco Vs. Vicky:

    Je suis bien entendu d’accord pour dire que la phrase “j’ai honte d’etre un homme” ne fait pas beaucoup avancer les choses, et que la culpabilisation a outrance est inutile… Et pourtant les arguments avancés par Vicky me semblent assez fondés. Oui, il est important de reconnaitre (aussi) qu’un a niveau plus global que celui de ce mec-la, notre société conforte souvent les femmes dans un role d’objet / victime / accessoire / truc pour vendre du savon / etc etc… je ne suis pas une spécialiste, mais aller chercher systématiquement du coté de la maladie mentale, peut etre réducteur. Effectivement il y a aussi des femmes dérangées mais peu d’entre elles viennent frotter leur sexe sur les autres…

    PS: je ne peux pas m’empecher de sourire -meme si oui, je comprends l’intention…- en lisant les réactions du type “EH OH j’ai pas honte de ma bite, oh mon dieu ca va pas ou quoi?!!!”…

  62. Enora said:

    Le pire c’est qu’a force de subit ce genre d’agressions on en vient parfois a penser que cela doit etre de notre faute, que peut etre qu’on l’a provoque… et pourtant je met pas de mini jupes et mon decollete est couvent a peine plus profond qu’un t-s col V :)
    On se sent sale et trahie… on se sent deguelasse!
    Ca m’est arrive pas plus tard que la semaine derniere, dans une grande librairie de Londres au rayon cuisine… je passe une heure revasser devant ces belles photos avant de me rendre compte que le mec qui est assis dans le coin de la piece et que j’appercois du coin de l’oeuil depuis une bonne demi heure sans lui preter attention est en fait pas du tout un passionne de cuisine mais un sale pervert en train de se masturber en me matant… Choquee et honteuse je lui lance un “you’re sick man!” avant qu’il ne detale… J’appostrophe un vendeur, qui me console d’un “ah oui! je transmettrais aux vigiles” distrait… colere!
    Et puis la reaction du pote avec qui je sors boire un coup plus tard qui ne comprend pas que “j’en fasse tout un plat…” :S
    C’est comme si en plus cela leur paraissait normal…
    s’il vous plait les gars! dites nous que vous vous etes pas comme ca! mettez vous en colere pour nous consoler… parce que sinon c’est a vous degouter du masculin…

  63. Bubulle2308 said:

    Je ne comprends pas que tu n’ai pas chercher à attirer l’attention des gens sur lui. C’est ce que j’aurais fait.
    Un truc un peu pareil m’est arrivé et j’ai réagit avant que ca ne parte en vrille.
    J’arrive Gare de l’est avec mon énorme sac de voyage. Le métro est plein à craquer mais je réussit à me faire une place. Pendant tout le trajet jusqu’à Chatelet, je sens que le mec derrière se frotte à moi et je sens sa respiration s’accelerer dans mon cou, yeuk! Soudain il me met la main au cul. Là mon sang n’a fait qu’un tour, j’ai reussit à dégager ma jambe en bousculant un peu les deux bonnes femmes devant moi pour mettre un coup de pied ds le tibia du mec. Le mec hurle de douleur (j’avais mis des talons ce jour là, manque de bol pour lui) et les deux bonnes femmes me lancent un “N’importe quoi!”. Sur ce je leur répond bien fort “cet enfoiré était en train de me peloter le cul et vous voudriez que je me laisse faire???!!!”
    Là tout le metro s’est retourné sur le mec qui a profité qu’on arrive aux Halles pour se faufiler hors du train.
    On peut pas les laisser faire, surtout s’il y a du monde! Si on les laisse faire, surtout si ya du monde autour, personne ne réagira. Par contre si on crie à l’aide ou qu’on “dénonce” bien haut bien fort ce qui se passe, il y aura au moins une personne qui aidera. C’est ce qu’une de mes amies m’a appris: elle est belle et sexy de nature, elle ne met ni maquillage si jupes courtes, et pourtant, pour elle, les emmerdes sont un quotidien; si elle n’avait pas son fort caractère pour l’aider, elle aurait beaucoup beaucoup de mal.
    Un jour qu’on se baladait dans la rue, des mecs balancent “ouuuuuh t’es trop bonne, toi!”. L’expression qu’il ne faut pas lui sortir. Elle s’est arrêtée, est allée droit vers lui et lui a balancé en hurlant “Et toi t’es con! Comment tu peux savoir si je suis bonne quand tu sais même pas qui je suis et que tu n’as jamais et ne coucheras jamais avec moi!”. Puis elle a tourné les talons et on est parties.

  64. Florent said:

    La pauvre ! Je suis désolé pour toi !

    Il y a une fois comme ça où je voyais un mec chelou à côté d’une fille qui sortait du métro à ma station. J’imagine toujours le pire, donc je le tenais à l’oeil. Et là elle sort “arrêtez de me suivre”.

    Là, ni une, ni deux, je me dirige vers elle, la prend par l’épaule et lui dit:

    “hé, comment ça va, ça fait longtemps qu’on s’est pas vus” Et le mec s’enfuit directement.

    Mais la pauvre, elle a eu tellement peur quand elle m’a vu arriver. Genre “merde, ils sont deux maintenant !!!”

    Je tentais de la rassurer :”mais il te suivait le mec ?”. Elle n’a rien dit, juste acquiescé. Elle est partie de son côté sans me remercier. Tellement choquée… La pauvre.

  65. Seb said:

    Le truc que je comprends pas, c’est cette violence, on ne peut pas prétendre aimer les femmes, quand on les harcèle, on les traite comme un vulgaire bout de viande, qu’on frappe parfois, a peine éméché.

  66. Texte énervant car l on reste impuissant face à ces comportements… eh oui, je l ai lu derrière mon écran assis sur une chaise, je n étais pas dans le métro, ni sur le quai, ni dans les allées. Je crois encore que je ne suis pas le seul à aider ceux qui ont en besoin, il y a beaucoup de personnes qui veulent aider et aident les personnes prises dans des situations comme celles là, j en fais parti… Mais malheureusement, ce jour là, ton appel tacite est resté lettre morte…

  67. DL said:

    Désolée, mais je ne crois pas à cette histoire.
    Si ce que tu racontes est vrai, je comprends que ta peur quand tu es seule, je comprends que tu sois dans l’incapacité d’agir.
    Mais pourquoi ne pas avoir hurlé quand tu étais au milieu des “touristes”? Pourquoi ton ami n’a rien fait? pourquoi ne pas avoir appelé la police lorsque cette personne t’a suivi jusque dans le bar ?(c’est assez grave tout de même). Pourquoi ne pas avoir porté plainte? Au lieu de balancer ça sur un blog, tu aurais peut-être rendu service à l’autre fille en robe qu’il a sans doute emmerdé le lendemain……

    • Moraïna said:

      Justement DL : c’est ça le plus dur : agir. Je ne sais pas si tu as lu les commentaires, mais je pense que certains répondront bien à ton com’. En résumé : agir est très dur. Et je pense que le plus dur après coup c’ets quand même des commentaires dans ton genre et dans le genre de quelques exemples plus haut : “ouais nan mais c’est bon mito quoi, t’en fais tout un plat etc”

      Juste envie de foutre un pain dans la gueule de ceux qui osent remettre en doute sous pretexte qu’ils étaient pas là et qu’elle a pas agit comme il l’aurait fallu. Est-ce que tu fais toujours ce que tu as envie de faire ? Bravo t’es pas humain le trac, le stress et la peur tu connais pas.

      PS : mmm je me rends compte avoir été un peu dure, mais bon il fallait que ça sorte, pour toi ou pour un autre.

  68. Violent comme récit !
    Ya vraiment des connard dans ce monde, heureusement tout le monde n’est pas comme ça !
    Faut dire que cela ne me viendrait même pas a l’idée d’avoir une attitude aussi déplacée avec une fille.

  69. Angie said:

    Tu as tout à fait su dire ce que l’on ressent souvent (trop!!)… C’est vraiment regrettable que certains mecs agissent encore aujourd’hui en mâle primitif avec un instinct de prédateur! Ce qu’ils n’ont pas l’air d’avoir compris ces pervers, c’est qu’ils ne nous intéresse pas, et que nous ne trouvons pas ça drôle, loin de là… Ce sentiment m’a souvent empêcher de sortir le soir lorsque j’avais un trajet à faire à pied et qui plus est, habillé en soirée.
    Arff… A quand l’évolution masculine?

  70. Miss BlaBlaBla said:

    Moi ce qui me saoul aussi au niveau des commentaires c’est le:”pourtant j’étais pas habiller sexy, mon décolleter n’était pas plongeant, je portais un short PARCE QUE je faisais du sport, ex…”
    Je suis une jeune fille plutôt bien foutu, je porte des mini-jupes et même parfois l’été sans bas, je suis toujours en talons, et j’aime en général les vêtement près du corps… ET ALORS BORDEL DE CHIOTTES!!!!
    Est-ce-que c’est gros lourd ont plus le droit de m’embêter, de me harceler?
    Mais oui puisque en toute logique c’est moi qui le cherche non? Je m’habille ainsi car je veux attirer leurs regards, car je veux me faire baiser voila tout.
    Non désolé, je suis une femme qui aime son corps, qui le respecte tellement qu’elle ne veux pas le “cacher”. Et puis aussi un peu par provocation pour marcher dans la rue avec mes talons qui frappent le goudron, la tète haute, l’aire de dire ouais je suis sexy et alors? Même pas peur…
    Et puis merde j’ai le droit de faire ce que je veux avec mon corps, on devrais pouvoir sortir complètement a poile sans se faire insulter.
    Et c’est claire qu’en attendant je subis des remarque plusieurs fois par jour, tout les jours. Mais elle ne font qu’amplifier ma colère, raccourcir la longueur de ma jupe un peu plus, et rallonger la hauteur de mes talons. Car oui comme le dit Maïa, je suis en guerre, et je ne baisserai pas la tête, je n’irai pas enfiler de parka.
    Et peut-être qu’un jour je me ferai vraiment agresser, c’est un risque je le sais. Mais c’est le prix a payer (d’encourir ce risque, pas de le subir) dans notre société diriger par les hommes. Et je préfère cela, que de courber l’échine devant tout ces messieurs qui voudrait que je rentre couvrir mes joyeux attribues (et on ne parle que de jambes, de cou, et de bras, ici!) qu’ils ne seraient voire. Je sais qu’ils ont peur de moi, de ma féminité exacerbée, et rien que le fait de les choquer me fais jubiler…
    Tout ca peut paraitre bien futile, mais pour moi c’est un combat et la seul arme dont je dispose c’est ce fameux corps. Je suis heureuse d’être une femme, et je ne veux pas ne serai-ce qu’un seul instant regretter en être une.

    • Tomby said:

      Dommage @MissBlabla, tu te contredis toute seule.
      Y’avait de l’idée, pourtant.

      Tu dis te moquer de l’avis des hommes, mais tu sembles pourtant t’habiller en fonction de leurs réactions ; j’ai du mal à saisir le paradoxe, pourtant évidant ici.
      J’ai cru aussi comprendre que tes revendications n’allaient pas plus loin que celles de Chiennes de Garde, etc. Très bien. Cela dit, ta (seule, donc ?) arme semble être d’exhiber “fièrement” -pense à me définir ça, s’il te plait, d’ailleurs- ton corps. Je pensais que les revendications d’Isabelle Alonso et autres étaient -entre autres- basées sur le fait de ne pas être juger sur le physique – revendications partagées par bon nombre de groupes “communautaristes”, quand on y regarde. Donc voilà, je suis un peu confus par ce commentaire des plus acides.

      PS : J’irais tout de même un peu plus loin avant de partir. Bien que ta cause est noble, tes actes ne coïncident vraiment pas avec tes convictions profondes. Pour faire clair : tu t’y pris mal.
      PS² : Prends quelques fois en considération l’esprit masculin dans cette histoire (de féminisme, entres autres), ça t’aiderait à y voir plus clair.

      (Ou alors il s’agit d’un fake [ce que j'espère secrètement] et j’aurais perdu mon temps.)

      • Miss BlaBlaBla said:

        Bon apparemment on se tutoie, ok.
        Donc heu je pense que tu ne m’a pas compris et ce en parti parce que je me suis mal exprime.
        -Alors non je ne me moque pas de l’avis des hommes, (ne me fait pas dire ce que je n’ai pas dis) vu qu’ils font parti de mon quotidien et que leurs avis est tout aussi valable qu’un autre. J’essaye de faire fi des jugements que l’on porte a mon encontre (qu’ils viennent de la gente masculine ou pas d’ailleurs). Et non je ne m’habille pas en fonction de leurs réactions, mais je dis que au plus elles sont violentes, au plus cela me donne envie a moi d’être violente dans mon habillement, il a tout de même une nuance, a toi de la saisir. Je ne dis pas que c’est intelligent, ni même utiles, c’est juste viscérale.
        – Je ne vois pas ou tu veux en venir quand tu parle de “revendication de chienne de garde”, et puis que sais tu de mes revendications, je ne faisais que réagir a certains commentaires.
        – Tu me parle des propos de Mm Alonso, et je ne vois pas ce que cela vient faire ici (bien que je respecte beaucoup cette femme et ses convictions, je me contre fou de son avis sur la question)… Avant cela tu me dis que la seul arme dont je dispose semble être d’exhiber mon corps. Heuuuuuu?? Bon je veux bien accepter que je me suis un peu emballée sur la dernière phrase de mon commentaire, en disant que la seul arme dont je dispose EST MON CORPS! (ce qui n’est évidemment pas exacte). Mais jamais je n’ai parle d’exhibition, et le fait que toi tu introduise ce mot dans ta critique acide, me fais dire (a tord ou a raison) que l’on ne doit tout simplement pas “être dans le même camp” (je le rappel, nous sommes en guerre!!! ^^). Mais oui je confirme, pour moi mettre de mini-jupe le soire est un acte de résistance, certains le prenne même pour une déclaration de guerre, essaye tu verra…
        – Tu rajoute que ma cause est noble, mais que je mi prend mal. Je te répondrai que ma cause (sur ce coup la) n’est pas des plus noble, je veux juste que tout le monde finissent par se balader a poil!! Plus sérieusement, je t’avouerai que je n’ai pas de stratégie, que je suis en colère, et que je réagi de façon a me protéger moi, parce que oui c’est vraiment dur de subir ces attaques quotidiennes, je me défends comme je peux, pour moi ca marche, mais si tu as d’autres idées, je t’en pris fais-les tourner.
        Sur ce j’attends ta réponse (car je suis sure que je me suis encore exprimée comme une gourde, et que cela ne rends pas mon discourt des plus claire)
        Et pour finir, JE NE SUIS PAS UN FAKE (pour le coup je me sens presque insultée)

  71. Hello,

    pourquoi ne pas faire des mises en scene de préventions dans les bus/RER/metro à l’image de celle qui avait buzzé (un mec cherchait desesperement une nana). Imaginez la scene qui est décrite dans le billet mais jouée. Puis au bout de 5 minutes, comme d’hab’ personne ne bougera et là il faut prendre les gens à parti! “Vous venez d’assistez à une scene d’attouchement dans un métro et vous n’avez pas bougé, la prochaine fois ce sera vous, votre femme, votre fille, votre amie…” et sortir pour refaire la même chose…

    My 2 cents

    • Caroline said:

      Enorme ! Moi, ça me tente à fond. Tu es de quel coin ? Pourrions-nous créer des groupes d’intervention sur ce thème ?

  72. Ju said:

    Très bien écrit…
    Merci d’arrier à faire passer autant d’émotions. Je vis au Caire et ce genre de scène arrive malheureusement tous les jours…

  73. Romain said:

    Maintenant que c’est sorti, je plussoie pour le dépôt d’une plainte.

  74. Alors comme ça, faute de grives on mange des merles ? Désolé, faut que ça sorte… ;)

  75. Joachim said:

    Je ne saurais que condenser ce que les autres on dit, je me contenterais donc d’un simple et unique : bravo.

  76. Un homme said:

    Il fait quand même vachement peur ton post :)

  77. chocolate said:

    Pareil, j’ai lu ton texte avec un peu la boule au
    ventre…Personnellement, je n’ai jamais vécu cela, simplement me
    faire aborder mais vite dégagés. Moi, très sociable etc. deviens
    sauvage, évite les regards et entre dans une bulle chaque fois que
    je prends les transports. Pourtant il m’est arrivé de rencontrer
    des personnes sympathiques par hasard mais..maintenant c’est fini.
    Sincèrement, j’ai envie de te dire, ne pas crier ou ne pas avoir
    frappé le mec t’a fait plus de mal à toi qu’à quiconque. Les autres
    voyageurs veulent se protéger et n’osent pas intervenir, ils vont
    raconter le soir à table ce qu’ils ont vu mais voilà.. Le mieux à
    faire c’est entrer dans un endroit et te plaindre, le bar, va voir
    un serveur, il va le faire dégager c’est son lieu. (Après, il peut
    ne pas avoir le temps etc. mais bref) le mec est vraiment allé trop
    loin à te suivre comme ça.. Je ne peux que compatir mais crie un
    bon coup, balance lui ce que tu trouves à la gueule. Moi je suis
    très fan des conversations improbables, tu lui fais la morale et tu
    vas voir qu’il va fermer sa gueule, mais faut s’imposer…voilà,
    mets des robes et sois forte.

  78. Jeremy said:

    Se type de mec me dégoute sa se fait pas bonne chance pour la suite En espèrent que sa ne tarrive pas

  79. olivier said:

    C’est honteux, lamentable… ce mec ne représente pas la gente masculine (encore heureux), c’est juste une merde. Ou un malade. Mais tu ne pouvais rien faire. Et ceux qui ont compris et qui n’ont rien fait, juste significatif de cette ville, de cette société. Aurais-je fait mieux? J’espère! En tout cas en tant qu’homme je suis désolé que certains puissent se comporter comme ça… même “le mademoiselle t’es charmante” mérite une bonne claque dans la gueule, de la part de mecs qui briseraient en deux celui qui dirait la même chose à leur soeur au nom du respect… à sens unique.

  80. MadamePeel said:

    J’avais treize ans, je n’avais pas cours l’après midi, alors, aux alentours de midi, je reprenais le métro aux Abbesses via la Porte de La Chapelle.
    Sur le quai d’en face il y avait un type caché des autres utilisateurs du métro car planqué dans un renfoncement. Il a commencé à se toucher, à sortir son sexe … quand il a entendu mon métro arriver il a essayé de rejoindre le quai où je me trouvais … fort heureusement sans succès.
    Il m’a fait peur, très peur …. puisque cette histoire date de presque 30 ans …

  81. Xeu said:

    DL, Chloe et Jack ont raison.

    Moi j’ai pas de muscle, une voix plutôt fluette, qu’est ce qu’un mec comme moi peut contre un castard qui décide qu’il veut agresser quelqu’un d’autre ? Au lieu d’appeller ton copain, tu aurais dû appeller les flics, ils sont encore là pour nous protéger que je sache, et les touristes sont peut-être étrangers, il n’en sont pas moins humains et quand quelqu’un crie, ils se bougent. Ça m’est arrivé à Berlin, avec un jeune d’origine Turque et une fille. Moi et mon pote on osait pas intervenir, je suis bilingue allemand, mais je me voyait mal intervenir. Quand la fille a commencé à crier, à hurler, les gens autour ont réagi, même s’ils étaient pas masse. Ça m’est aussi arrivé sur ma charmante ligne de train réputée sans problèmes. Bon je suis un mec, certes, mais je peux pas grands choses contre 2 mecs plus costauds. Ils en voulaient pas à ma bite, certes, mais ça restait une agression.

    Je compati pour ce que tu as vécu, je ne dis pas que c’est rien, loin de moi cette idée, mais le crier sur un blog, qu’est ce que ça va changer ? Tu vas recevoir des message de compassion, les gens vont avoir pitié, se dire “oh bah merde, c’est que des salauds “. Notre systéme judiciaire n’est peut être pas aussi efficace qu’il devrait être, mais les flics sont (encore) là pour nous protéger. Bordel !

    Je comprend définitivement pas ton attitude. C’est assez irresponsable. On doit s’entraider, certes, mais ça passe aussi par appeler les flics pour embarquer ces enculés. Merde.

  82. Vicky said:

    @Xeu
    Tu méconnais le système policier et judiciaire de notre pays. Ce genre de plaintes sont souvent classées sans suite. Et les policiers rechignent à ouvrir une enquête si la probabilité de la résoudre est très faible, cela plombe leurs chiffres – la politique du chiffre étant le credo actuel… Donc, en gros, si une fille va au commissariat il peut se passer deux choses : 1) Le flic peut lui déconseiller de déposer plainte (vous savez mademoiselle c’est une perte de temps, on les retrouve jamais) 2) Enregistrer la plainte, taper un pv, faire défiler quelques photos du fichiers des délinquants sexuels. Fin de l’affaire.

  83. Moraïna said:

    Xeu, franchement, si on appelle les flics, tu penses vraiment qu’il seront là dans les 5 min pour nous aider à nous débarrasser de ce type ?

    “Crier” ce genre de choses sur un blog, cela s’appelle de l’information. Comme toutes ces campagnes de pub pour les cancers du sein, le SIDA etc. Certaines personnes, comme le mondre quelques commentaires, ne comprennent même pas que certains mecs puissent se comporter de cette manière, et que les filles aiment sortir en jupe lorsqu’il fait beau sans vouloir qu’un autre y plonge sa main.

    Et honnêtement, en parler fait du bien, à celle qui en parle et à celles qui n’en ont jamais parlé.

    Si un mec gay bourré et dégueulasse venait te faire des attouchements dans le métro, en serais-tu content ? j’en doute. Et même si tu as toi assez de force pour rembarrer ce malade d’une bonne droite dans sa face, pense à ta petite soeur/cousine ou autre qui n’a pas ta force…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 45 other followers